Comment éviter les monopoles sans régulation étatique ?

Pas de panique, le marché s'occupe de tout!
Transcription

No transcript...

Introduction

La question des monopoles en l'absence de régulation étatique est centrale dans le débat économique. Les anarcho-capitalistes, s'inspirant de penseurs tels que Murray Rothbard et Hans-Hermann Hoppe, offrent une vision pertinente fondée sur le droit naturel et le marché libre pour traiter cette problématique.

1. Définition du Monopole

Nous sommes bien obligés de commencer par là avant d’aller plus loin. Mais la chose n’est pas si simple, et rare sont ceux à même de poser correctement la définition d’un monopole.

Une définition courante suggère qu'un monopole existe lorsque une entreprise contrôle son prix et donc son marché. Mais c’est ne pas voir que sur un marché libre, il n'y a pas de contrôle direct sur les prix puisque ceux-ci résultent d'un accord mutuel entre acheteurs et vendeurs.

Soyons donc parfaitement clairs : qu’on évoque les grands groupes ou les petits producteurs, tous ont le même degré de contrôle sur leurs actions mais pas sur les prix finaux, qui résultent de l'accord mutuel entre acheteurs et vendeurs.

Il faut quitter cette fausse conception du monopole et se tourner vers celle de Murray Rothbard, fondée sur la relation entre droit et État. Il définit le monopole comme un privilège accordé par l'État permettant à une entreprise d'être la seule à pouvoir exercer sur un marché donné.

Ainsi, tous les monopoles historiques ont été créés et maintenus par l'État. Les subventions, les réglementations favorables, et les barrières à l'entrée sont des outils courants utilisés pour protéger certaines entreprises, entravant la libre concurrence.

Il souligne alors qu’un monopole ne peut PAS exister sur un marché libre. Le monopole est le résultat d'une intervention étatique qui crée des barrières artificielles à l'entrée sur le marché pour d'autres concurrents.

L’occasion est aussi toute trouvée pour glisser un mot sur les monopoles naturels, idée contestée par Murray Rothbard. Ils ne peuvent pas exister durablement sur un marché libre car même une entreprise dominante reste vulnérable à l'innovation et aux changements des préférences des consommateurs.

On pourrait presque s’arrêter là dans la mesure où l’essentiel a été posé : il n’y a aucun risque de monopole dans la société libre. Néanmoins, je vais creuser quelques aspects supplémentaires de la question pour satisfaire votre curiosité. Et pour creuser davantage la définition du monopole et ses concepts associés, rendez-vous sur cette PAGE (chapitre 10 traduit en français de “Man, Economy and State”).

low angle view high rise buildings
Le monopole dépend de l’État, et de lui-seul.

2. Rôle du Marché Libre

Sur un marché libre, les barrières législatives étant inexistantes, cela permet de facto à de nouveaux concurrents de défier les acteurs établis. La concurrence libre est un moteur d'innovation et d'amélioration des services, car chacun est alors incité à offrir le meilleur service au meilleur prix pour rester en affaires.

Cette absence de privilège étatique est la clé de la compétitivité sur un marché libre car les entreprises ne peuvent pas se reposer sur leurs lauriers. Elles sont toujours sous la menace de nouveaux concurrents plus efficaces.

Bien sûr, il peut être très difficile d’aller concurrencer une entreprise tellement elle est dominante, disposant de moyens économiques supérieurs ou de ressources particulières. Nous verrons d’ailleurs plus loin la différence entre monopole et position dominante.

Mais notez bien que la question de la dominance d’une entreprise n’est PAS une question juridique. Exceller sur son marché légitimement (en rendant des services) n’est ni une agression ni un privilège accordé par l’État. Ce n’est que la conséquence d’un travail bien fait.

woman in yellow sleeveless dress wearing brown hat standing on white floor tiles
Sans privilèges, il faudra vous bouger pour séduire la demoiselle!

3. Confusion monopole et position dominante

En général, les personnes qui nous assurent que la création de monopoles serait possible et même probable sans État sont les mêmes qui confondent le monopole (dont la définition a été posée plus haut) et la position dominante.

Nul besoin de revenir sur le monopole, je vous laisse remonter au besoin. La position dominante, quant à elle, désigne une entreprise qui a acquis une grande part de marché en fournissant les meilleurs produits ou services sur celui-ci. Cette position est tout à fait légitime dans la mesure où elle découle des moyens économiques et non des moyens politiques (privilège accordé).

Une position dominante obtenue par ces moyens du marché est un signe de succès et le reflet des services rendus. Ce n'est en rien préjudiciable aux consommateurs, dont on verra qu’ils sont souverains plus bas. Au contraire, la domination d’une entreprise incite les autres à se dépasser, ce qui bénéficie à la société dans son ensemble.

red white and black round wheel
Dominer n’est PAS tricher.

4. Souveraineté du Consommateur

Par ses choix et ses dépenses, le consommateur décide du sort économique des entreprises : elles pourront prospérer ou échouer selon son bon vouloir. Cette souveraineté du consommateur est la pierre angulaire de la régulation du marché.

En fait, lorsqu'un consommateur choisit d'acheter un produit ou un service, il vote en quelque sorte avec son argent pour cette entreprise. Inversement, en refusant d'acheter un produit ou service, le consommateur retire son soutien, impactant ainsi la performance de l'entreprise.

Cette dynamique crée un mécanisme de feedback constant où les entreprises sont récompensées pour leur capacité à répondre efficacement aux besoins des consommateurs. Les entreprises qui ne parviennent pas à satisfaire ces besoins sont naturellement éliminées du marché.

Cette régulation naturelle est supérieure à toute intervention gouvernementale. Les réglementations étatiques perturbent les signaux du marché, créent des inefficacités et font émerger des monopoles de façon illégitime. La meilleure régulation est donc celle qui émane directement du choix des consommateurs.

La nécessité de gagner et de maintenir la faveur des consommateurs incite les entreprises à innover et à s’améliorer constamment. Les consommateurs cherchant à maximiser la valeur de leur argent, les entreprises sont poussées à offrir la plus haute qualité compte-tenu de leurs possibilités à des prix compétitifs.

person holding black and white electronic device
Les entreprises ne doivent leur survie qu’en fonction de leur faculté à nous ravir.

Conclusion

Murray Rothbard, en redéfinissant le concept de monopole comme une création de l'État, a souligné sa nécessaire absence au sein des marchés libres. Par définition, nul ne peut accorder de privilèges aux entreprises sans État, mais chacun peut entrer en concurrence au sein du marché.

À cet égard, la distinction entre le monopole et la position dominante est cruciale, puisque la seconde est la traduction d’une réussite économique sur le marché et non celle d’un privilège accordé par l'État. Enfin, impossible de passer à côté de la souveraineté du consommateur sur le marché libre, qui par ses choix exerce une influence décisive sur le succès des entreprises, favorisant ainsi l'innovation et la concurrence.


🏛 Pour aller plus loin, adhérez à ACADEMIA HOMINES. Au programme:

  • Vidéos & lettres de décryptage pour rester connecté à la réalité

  • Vidéos & articles sur des sujets de fond pour vous former au libertarianisme

  • Contenus additionnels (réflexions, philosophie, entrepreneuriat etc)

  • Accès au forum privé

  • Réduction & accès sur mes autres produits (livres, cours) => niveau mécène

Cliquez sur le bouton ci-dessous pour vous abonner.👇

Je m'abonne

1 commentaire
ACADEMIA HOMINES
🎥 Flux YouTube
Section dédiée à mes vidéos 100% liberté sur YouTube.